Malin Plaisir

Chroniques

(Extraits)


• Musiciens.biz

(A propos du concert « Melting Potes »)

Ceux là étaient faits pour se rencontrer. Dutrey et Malin Plaisir ont fait le choix d’unir leurs forces et de mélanger leurs répertoires, du moins sur scène pour l’instant.
Attendus par une salle pleine et acquise d’emblée à leur cause, les trois Malin Plaisir (Domino, Jacques et Eric) et Laurent Dutrey, avec le renfort du percussionniste Alex, ont rapidement pris les choses en main et proposé des versions unplugged des classiques des répertoires des uns et des autres. La formule fonctionne si bien qu’on en oublie qui chantait quoi sur les versions d’origine pour profiter pleinement des nouveaux arrangements. L’osmose musicale s’est si bien faite que nous mettrions quiconque au défi, s’il découvre ces deux univers pour la première fois, de dire quelle chanson appartient à quel répertoire au départ.
Dutrey et Malin Plaisir ensemble c’est nettement plus que la somme de leurs talents additionnés. Ils nous livrent la recette du concert qui fonctionne : plaisir, convivialité, musicalité et talent. En fait, c’est tout simple !
(Benjamin Popp)

• Sucrepop
(A propos du concert « Melting Potes »)

Géant ! Peux pas dire mieux, c’était géant! Le duo Malin Plaisir et le solo Laurent Dutrey ayant eu l’excellente idée, que dis-je, la géniale idée de fusionner pour une série de concert en un seul groupe , Melting potes, ou le répertoire des deux seraient mis en commun, joué et chanté par le groupe ainsi constitué.
Les Melting Potes sont composés d’Axel au percussions, Laurent Dutrey, guitare acoustique-voix, Domino voix, Eric Parmantier, guitare acoustique-voix et son frérot, Jacques, guitare acoustique. Et c’est parti pour un voyage sur des musiques douces et sucrées,le répertoire des uns et des autres étant alternativement revisité dans des adaptations subtiles.
Les voix se combinent à merveille, Domino est définitivement envoutante, fragile et solide à la fois, rayonnante et solaire, concentrant tous les regards, les nouvelles orchestrations font la part belle aux harmonies vocales, Laurent, qui à l’air à l’aise comme un poisson dans l’eau sur scène assure voix lead et choeurs comme qui rigole, Jacques tricote des licks de guitares qui en ont laissé baba plus d’un, Eric tient la baraque comme personne et l’Axel épice le tout d’un fond percussif et rythmique qui propulse le groupe assurant de solides fondations.
Côté musique , leurs derniers albums respectifs constituent évidemment l’ossature générale. Ne manquent à l’appel ni « l’être transparent », ni « Prenons le large », les hits des précédents albums sont là (pas tous, mais ils en ont trop), pas un temps mort, pas une faiblesse dans le set, un presque sans faute . […]
Les musiques des deux se marient à merveille, leurs univers sont proches et c’est la raison pour laquelle l’osmose fonctionne parfaitement. Une telle greffe aurait pu paraitre forcée, là, ça prend, et ça prend fort, la complicité est palpable. Il n’y avait qu’à lire sur les visages des spectateurs à la sortie le plaisir que tous y ont pris.
La tournée ne fait que commencer, ne les ratez pas la prochaine fois.
(Philippe Perelman)

• Zicazic
(A propos de l’album « Prenons le large »)
Les morceaux coulent de source, sans jamais vraiment de surprise mais avec beaucoup d’ingéniosité, Malin Plaisir s’y prenant toujours de la façon idéale pour que sa musique charme sans jamais agacer. On retrouve les instrumentations fluides et la voix séduisante, la réunion des deux ingrédients s’avérant payante et découlant sur quelques belles pièces comme « Passagère », « Ce qui reste » ou « Donnons-nous le temps » au très fort potentiel radiophonique.
A l’heure où le rock indé se cherche, la pop de Malin Plaisir a la chance de s’être trouvée et c’est en toute humilité qu’elle se présente au public, sans autre ambition que celle de lui apporter un peu de plaisir et beaucoup de bonnes vibrations. C’est toujours ça de pris, alors tant qu’à faire, « Prenons le large » avec eux !
(Fred Delforge)

• Musiciens.biz

Ce deuxième album, intitulé « Prenons le large » pose un peu plus la patte « malin plaisir » et finit de conférer à ce duo une signature. Le son du premier véritable album (« Malin Plaisir ») était d’une qualité certaine. Ce nouvel album vient faire encore mieux, plus de velouté, de rondeur et toujours la même puissance.
Il faut dire que les Malins savent prendre leur temps, peaufiner les chansons et leurs arrangements dont la simplicité apparente semble couler de source, mais une écoute plus attentive viendra nous montrer leur souci du détail qui fait évidence. Les mélodies sont addictives (Prenons le large, attrape-moi, Passagère, par exemple), le bon goût de mise, et l’instrumentation de tout premier ordre.
(Benjamin Popp)

• Sucrepop
(A propos de l’album « Prenons le large »)


Malin Plaisir, c’est avant tout des cascades de guitares acoustiques cristallines, une abondance d’harmonies vocales, des tempi médium, des mélodies qui s’infiltrent insidieusement dans vos neurones et de jolis textes tournant le plus souvent autour des relations humaines. Malin Plaisir c’est doux, c’est chaud, c’est agréable comme d’être à deux sous une couette quand il fait froid dehors. Pour les amateurs d’étiquettes, vous prenez un soupçon de Laurent Voulzy, un zeste d’Eagles, deux doigts d’America , secouez moi tout ça et servez autoproduit.
[…]
10 chansons pour un très, très bon album. L’attente fut longue mais le résultat à la hauteur. Si la vie était bien faite, tous les ingrédients sont réunis ici pour faire un tabac. De belles chansons, des textes intelligents, des arrangements ciselés. Alors soyons optimiste, la vie est (parfois) bien faite et ce disque aura le succès qu’il mérite.
(Philippe Perelman)

• Radio Celtic FM

Le joli timbre de cette voix nous fait immédiatement penser à Nicole Rieu (une référence) : même douceur, même chaleur, diction parfaite, c’est à dire tout pour nous plaire, d’autant que l’accompagnement est du genre délicieusement raffiné sur une mélodie ravissante.

• Ramdam
(A propos de l’album « Prenons le large »)

La voix de Domino est puissante tout en restant légère. On l’imagine tourner les pages de son rêve en espérant qu’elle reste sur son petit nuage… Dans l’intégralité de l’opus, l’accompagnement de basse, guitares, batterie est pour chaque chanson subtilement dosé. Un disque à découvrir…
(Anouck Flon)

• The French Touch
(A propos de l’album « Malin Plaisir »)


Il est parfois difficile de réaliser la critique d’un album; j’en fais les frais avec l’album de « Malin Plaisir ». A la première écoute j’ai eu envie de dire « voix sage, textes à la France Gall, ça va être vite classé ».. mais ce n’est pas si facile que ça. Même si l’on accroche pas aux textes romantiques, l’album au niveau technique est irréprochable du début à la fin. La voix de Domino a une vaste palette de sonorités, tantôt frêle, tantôt forte, à la justesse impeccable, et est accompagné par un bon niveau instrumental.
(Marie)

• AOL Radio
(Malin Plaisir, lauréat de l’opération « les imprévus d’AOL Radio » en 2005)


« L’accord intime de deux voix dans la plus belle tradition de la chanson française, un talent flagrant pour modeler d’indémodables mélodies : goûtez Malin Plaisir, vous n’en reviendrez pas! »

• Chant’Essonne
(A propos de l’album « Malin Plaisir »)


Le petit côté « variété accrocheuse » de belle facture acoustique à la Voulzy (« Marine », « L’amour sur un fil », Des heures, des jours »,…) est servi par des arrangements très fignolés, la voix d’Eric n’hésitant pas à se joindre à celle, plus que parfaite (trop?) de sa France Gall de compagne.
(Jean-Pierre Cretin)

• Musiciens.Biz
(A propos de l’album « Malin Plaisir »)


[…]Vous serez d’abord conquis par le son impressionnant de qualité et de puissance, encore conquis par les harmonies riches de titres mid tempo au bon esprit ballades folk-country, par le jeu des différents intervenants musiciens, dont le principal reste Eric. Question textes , Eric habille d’excellentes trouvailles ses chansons sur l’amour (« Pourquoi pas ? » etc) , le couple (« L’amour sur un fil », « Deux vies » etc), notre romantisme à tous (« Héroïne »). Son verbe est gracieux, imagé et fluide, comme sa musique.
(Benjamin Popp)

• Musiczine
(A propos de l’album « Malin Plaisir »)


Domino, la chanteuse, possède une si belle voix que parfois (« Héroïne »), elle en remet une couche, comme si elle devait défendre ses chances face au jury de la StarAc. Une voix belle et vraiment attachante, lorsqu’elle campe un hybride entre Véronique Sanson et France Gall. Le jazz s’incruste en filigrane sur toutes les chansons. Dans l’esprit d’un Berger et surtout d’un Voulzy, auquel le duo emprunte la fluidité mélodique. Une chanson comme « Seul au monde » aurait même pu être interprétée par Souchon. […]
Eric avait joué dans quelques groupes rock/blues. De la guitare, mais aussi des percussions. Sur cet opus éponyme il s’y réserve également les claviers, la basse et le lapsteel, tout en privilégiant les six cordes acoustiques, un instrument qu’il partage avec Jacques Parmantier, son frère. Une chose est sûre, ce ne sont pas des manchots! Leur style en picking me rappelant tantôt Al Stewart, tantôt Mark Knopfler.
(Bernard Dagnies)

• Sincever
(A propos de l’album « Malin Plaisir »)


10 titres pour nous bercer, avec dans les grandes réussites, « Qu’on nous aime », l’imparable single, « L’amour sur un fil » et « Héroïne », petits bijoux ultra mélodiques à consommer sans modération.
(Philippe Perelman)

• DBC
(Webradio suisse)


Textes et mélodies ciselées par des orfèvres de la nouvelle chanson française
(JF Reveillard)

• Zicazic
(A propos de l’album « Malin Plaisir »)

Fluidité des guitares, mélodies instantanées, arrangements méticuleux, tout est en ordre de marche pour tenter une percée profonde sur le marché ! Essentiellement acoustique, l’ouvrage est techniquement parfait, sans lourdeur et d’une fluidité à toute épreuve. Calibrés entre trois et quatre minutes, les dix titres n’attendent que leur chance de s’ouvrir les playlists des radios.
(Fred Delforge)

• Magazine Recording
(A propos de la démo 4 titres)


Clairement identifiable comme de la variété française, Malin Plaisir offre 4 titres bien construits. Les voix de Domino et d’Eric Parmantier sont maitrisées et très suaves. Les morceaux les mettant en avant sont d’ailleurs les plus réussis, comme le titre « Si »… La voix de Domino, fragile et délicate est à coup sûr l’identité forte du groupe. Une formation plus sobre et acoustique devrait pouvoir développer une association très prometteuse.
(Tom Cruz)